L’analyse du cholestérol

La modernité présente parfois des avantages : au lieu de courir à tout bout de champ chez le médecin ou au labo, on trouve sur internet ou en pharmacie des analyseurs (ou auto-tests) de cholestérol portables à usage domestique. Soit dit en passant, on peut aujourd’hui acheter toutes sortes d’aides médicales, d’auto-diagnostics, de compléments alimentaires, etc. Cela permet non seulement de faciliter la prévention, mais c’est aussi et tout simplement une liberté individuelle pour moi de pouvoir contrôler ma santé dans la vie quotidienne.

analyseLe suivi régulier du taux de cholestérol contribue à prévenir ou dépister les maladies cardio-vasculaires pouvant apparaître plus tard. C’est particulièrement sensé si vous craignez un taux de cholestérol élevé en raison de votre héritage génétique, surtout quand un proche dans la famille (comme le père ou la mère) a déjà été atteint jeune d’une maladie cardio-vasculaire ou circulatoire. Bien-sûr les résultats d’analyse avec ces auto-tests qu’on trouve sur internet ou en pharmacie ne sont pas aussi précis qu’une analyse effectuée dans un laboratoire médical, mais ces tests permettent néanmoins de se faire une idée globale de son taux de cholestérol. Pour réaliser ce test, il suffit simplement de se piquer légèrement le bout du doigt afin d’obtenir une petite goutte de sang qui coulera sur la bandelette ou le boîtier du test, selon le modèle. On obtient le taux de cholestérol total (c’est à dire la somme du cholestérol HDL et du cholestérol LDL) dans les trois à cinq minutes qui suivent. Si celui-ci dépasse une valeur de 2 grammes par litre de sang (2 g/l ou 5,17 mmol/l), il est conseillé d’ailler consulter le médecin de famille au plus vite.

Certains parmi ces auto-tests rapides permettent même de crypter les sous-fractions de cholestérol, à savoir la proportion de cholestérol HDL et de cholestérol LDL. On trouve les taux standard généralement dans le dépliant. Si vos taux ne se situent pas dans les normes, il sera inévitable de rentre une petite visite à votre médecin. Le médecin doit déterminer si vous avez trop de cholestérol de type HDL ou de type LDL. Le cholestérol HDL en excès est considéré comme bon, car il peut être éliminé au travers du sang en passant par le foie. L’organisme a absolument besoin de cholestérol pour permettre sa survie, mais en quantité raisonnable. En revanche, le cholestérol LDL s’accumule dans les veines pour finir par les boucher. C’est ce qu’on appelle l’athérosclérose. Avec des artères calcifiées s’accroît le risque de crise cardiaque ou d’AVC (accident vasculaire cérébral).

Si le taux de cholestérol LDL est trop élevé par rapport au taux de cholestérol HDL, il sera certainement nécessaire d’entamer un traitement. Les normes dépendent de divers facteurs et divergent selon le sexe. En général, le HDL doit être supérieur à 0,5 g/l chez la femme et 0,4 g/l chez l’homme, tandis que le LDL devrait se situer entre 1,3 g/l et 1,9 g/l. Néanmoins, évitez de vous précipiter. Vous pouvez aussi faire analyser votre taux de cholestérol une seconde fois, de préférence à jeun avant votre petit déjeuner. En effet, le cholestérol est sujet à des variations au cours de la journée. Si par exemple vous avez consommé un repas riche en cholestérol dans les 12 heures avant la première analyse de sang, vous avez toutes les chances d’obtenir des résultats d’analyse élevés. C’est pourquoi on conseille de ne rien manger dans les 12 heures avant une prise de sang intra-veineuse.

C’est en tout cas à partir de là que les valeurs du cholestérol pourront être déterminées. Si vous obtenez un résultat semblable lors de l’analyse de contrôle (la seconde analyse), vous avez certainement un problème. Soit alimentaire, ce qui sera rapidement réglé, soit dans la plupart du temps métabolique et/ou héréditaire. Le médecin devra alors déterminer votre risque de troubles métaboliques ou de complications, comme par exemple une athérosclérose ou une crise cardiaque. Il vous questionnera sur vos antécédents médicaux et sur les maladies familiales, car il doit évaluer vos facteurs de risques. Ces facteurs de risque augmentent en cas d’obésité, de diabète, si vous avez une tension élevée, également si vous fumez, si vous consommez régulièrement de l’alcool, ou bien si vous ne pratiquez aucun exercice physique. Le taux de cholestérol total n’est pas vraiment significatif, car il n’indique pas la relation entre le cholestérol HDL et le cholestérol LDL.

Et puis il faut commencer à prendre le cholestérol au sérieux dès la quarantaine. Comme dit le proverbe ? Mieux vaut prévenir que guérir !