Qu’est-ce que c’est, la graisse dans le sang ?

La réponse est plutôt simple. D’une part, nous fournissons constamment des graisses à notre corps. C’est ce qu’on appelle communément les « aliments gras  ». Dans notre organisme, des graisses sont constamment libérées dans le sang. L’organisme est même responsable d’une partie de ces graisses présentes dans le sang (graisses sanguines) ! On appelle ces graisses des lipides, et il en existe les formes les plus diverses. Les triglycérides et les graisses simples (graisses neutres) en font partie et constituent en moyenne 90% des lipides obtenues. Les 10% restants sont constitués de vitamines liposolubles A, D, K et E (ce sont les vitamines solubles dans la graisse), de lipoprotéines, de lécithines (ou phospholipides), d’acides gras libres et de cholestérol. La masse corporelle d’une personne adulte est constituée selon l’âge, le sexe et le poids de 40 à 70% d’eau, et de 13 à 20% de lipides. Avec un IMC trop élevé (Indice de Masse Corporelle, appelé aussi BMI, de l’anglais « Body Mass Index ») en raison d’un surpoids, les proportions changent au détriment de la teneur en eau et de la masse musculaire, et au profit d’un taux de graisse recrudescent.

Heureusement, grâce à la propriété déperlante et revêche qu’ont les graisses, les lipides ont du mal à se dissoudre dans le sang. Seules des petites gouttelettes lipidiques y parviennent. C’est pourquoi les plus grosses molécules de graisse ont besoin d’une sorte de moyen de transport endogène afin de pouvoir se rendre à leur destination. On trouve ces vecteurs dans certaines protéines  : ce sont les protéines de transport lipidiques, ou lipoprotéines. La protéine enveloppe pratiquement le lipide gras et le transporte là ou l’organisme en aura besoin. Contrairement aux lipides, certaines protéines sont solubles dans l’eau. Ainsi, grâce aux lipoprotéines, les triglycérides, le cholestérol, les phospholipides et les vitamines liposolubles présents dans le sang peuvent être transportés de A vers B. Même si notre organisme a besoin d’une certaine quantité de lipides par jour, sa « logistique » va être complètement débordée en cas d’embouteillage. D’une part, l’organisme est censé réguler toutes les fonctions majeures du corps, les processus de fission ainsi que le transport. Mais en même temps, il doit aussi se charger d’écarter une prise excessive de certaines substances. Il va temporairement stocker une partie des excès de graisse sous forme de dépôts afin de les utiliser plus tard.Seulement si le corps ne cesse de consommer et de produire de la graisse, l’organisme ne sera plus en mesure de dégrader ces dépôts qui continueront donc à s’accumuler. Jusqu’à ce que le métabolisme des graisses commence à ne plus fonctionner correctement, surtout quand il lui manque les acides aminés qui lui permettent de faire normalement son travail. Il va alors fabriquer les graisses dont notre corps a besoin en temps normal en tant que grange énergétique, de protection des organes ou d’enveloppe cellulaire, ou bien il va se servir au travers de l’alimentation. Il ne sera plus que faire du reste. Certaines graisses vont s’emmagasiner dans les artères, notamment le mauvais cholestérol LDL. C’est ce qui mène à l’artériosclérose, à la crise cardiaque ou autres accidents vasculaires cérébraux, au diabète ou à l’hypertension artérielle.

En général quand on a un taux pas trop élevé de graisses dans le sang, il suffit simplement de suivre une alimentation faible en graisses et riche en minéraux afin de résorber d’éventuels déficits alimentaires au travers d’une substances vitalescomplémentation appropriée, de faire un peu d’exercice et d’arrêter de fumer. Ça suffit déjà pour éviter des complications susceptibles d’apparaître plus tard. Mais si vous avez déjà eu une crise cardiaque ou un infarctus, ou bien si vous souffrez de diabète, alors là il va falloir prendre des médicaments hypolipémiants, c’est à dire des médicaments qui vont faire baisser votre taux de graisse dans le sang.