Que sont les triglycérides ?

Comme avec beaucoup de choses dans la vie, on ne s’y intéresse vraiment que quand on commence à être concerné soi-même. Il ne faut pas dramatiser, car nous fonctionnons pratiquement tous comme ça  : c’est un processus de sélection naturelle qui nous aide à survivre. D’ailleurs on ne s’en sortirait pas si on se mettait à rechercher les termes techniques relatifs à chaque domaine de la vie. C’est pourquoi il y a des spécialistes pour cela, ou alors on peut aussi suivre un cours pour adultes susceptible de nous aider à mieux comprendre. C’est en tout cas ce que je vais tenter de faire au sujet des triglycérides.

Les triglycérides ou « graisses neutres » sont une sorte particulière de graisse alimentaire, le cholestérol en est une autre. On observe que 90% des lipides alimentaires absorbés sont constitués par les triglycérides. Ils sont présents essentiellement dans l’alcool (l’alcool se transforme en sucre, et le foie fabrique des triglycérides) et les sucres (notamment dans les sucres rapides comme les bonbons, la pâtisserie, le pain blanc, les pâtes ou le riz bien cuits, ou la purée de pomme de terre). Afin d’éviter une hypoglycémie et une alimentation unilatérale, on ne supprimera bien sûr pas les sucres, mais on baissera simplement la consommation en sucres rapides, et privilégiera plutôt les sucres lents comme les lentilles ou les petits pois. Et si les sucres sont principalement à l’origine des triglycérides, on prendra aussi soin de diminuer sa consommation de beurre, de margarine, d’huile, donc de mayonnaise et de sauces en général, de lait, de viande, de charcuterie, de crème, et d’œufs. De façon générale les  « mauvaises graisses » ainsi que beaucoup de graisses d’origine animale. On remplacera les viandes par certains poissons comme le saumon bien-sûr, ou bien le maquereau, le hareng ou les sardines (notez aussi que les huîtres soit-disant riches en cholestérol sont une fausse rumeur). Les 10% restants de graisses sont constitués de phospholipides, de vitamines liposolubles et de cholestérol. Les triglycérides approvisionnent notre organisme en pure énergie ! Ils contiennent deux fois plus de calories que les glucides ou les protéines. Le corps stocke les triglycérides absorbés au travers de la nourriture dans le tissu adipeux.

Pourquoi en est-il ainsi !? L’organisme a besoin de réserves d’énergie, réserves auxquelles il peut recourir en cas de besoin ou dans le cadre de certains processus naturels. Seulement un taux de triglycérides trop élevé peut malheureusement provoquer une pancréatite aiguë, un AVC, un infarctus et autre maladie cardiovasculaire ! Les experts parmi vous seront certains intéressés de savoir que les triglycérides sont constitués de trois (tri) des acides gras et une molécule de glycérol. Les triglycérides sont décomposés dans l’intestin de telle sorte que l’organisme va absorber des acides gras et du glycérol indépendamment les uns des autres. À partir de cela, l’intestin va ensuite reconstruire la forme composite initiale des triglycérides. Fait intéressant  : le foie peut lui aussi produire ces triglycérides issus d’acides gras ou de glucose (sucre) dissous dans le sang. Il permet également de véhiculer les triglycérides à partir du foie vers diverses cellules de l’organisme.

Mais trêve de jargon !! Vous n’aurez à vous préoccuper des triglycérides uniquement si vous avez effectivement une dysfonction métabolique analogue (en l’occurrence si vous souffrez de dyslipidémie), ou un taux de cholestérol trop élevé. Un adulte en bonne santé devrait néanmoins faire contrôler son taux de cholestérol et de triglycérides au moins tous les cinq ans, mieux encore tous les deux ans. Si vous présentez déjà les symptômes d’un trouble métabolique – de l’embonpoint ou des douleurs articulaires dues à une surcharge pondérale suffisent -, vous devriez consulter un médecin et faire analyser vos taux de cholestérol et de triglycérides. De même si vous suivez une thérapie pour perdre du poids ou désirez déterminer les causes d’une inflammation aiguë du pancréas. On obtient le taux de triglycérides à partir du sérum ou du plasma (sanguins)  : une petite analyse sanguine suffit. Évitez de manger et boire 12 à 14 heures avant la prise de sang (vous pouvez bien-sûr boire un demi-verre d’eau plate si vous vous sentez trop déshydraté). Ne buvez pas de thé, café ni lait, évitez toute prise d’alcool au moins trois jours avant le test et évitez aussi un trop grand effort physique deux à trois heures avant la prise de sang, afin de ne pas affecter ni influencer l’analyse sanguine.

Pour conclure et indépendamment du taux de cholestérol, on peut considérer un taux de triglycérides à partir de 1,5 g/l comme dangereux.